album reviews

AFTENPOSTEN (link)

Written by: SVEIN ANDERSEN
Publisert: 17.02.12

Thea Hjelmeland «OH, THE THIRD»

En mosaikk av stemmer

Levende, medrivende og særegen akustisk pop.
stjernestjernestjernestjernestjerne stjerne 5/6

Thea Hjelmeland har med debutalbumet Oh, the third skapt en overraskende og høyst levende musikalsk mosaikk. Hver enkelt sang har en egen distinkt stemme og trigger den musikalske oppdagertrangen. Stemningsmangfoldet gjør ferden inn i hennes musikalske univers både spennende og fascinerende. Hun er annerledes.

I sentrum står vokalisten, på et vis er det som om hun gestalter en serie ulike sangere tilpasset hver sangs uttrykk. Hun er en lydhør sanger som aldri mister fokus, men tøyer og leker seg uten å ty til intrikate krumspill. Hun dyrker på et vis enkelheten, men bekler hver låt med sitt eget spesielle lydbilde, fra det intimt nakne til et mer fyldig og orkestrert hele.

Allerede i åpningssporet “Perfume”, med sin skjøre hovedstemme, klimprende strengespill, spesielle koring og enkle, men effektive rytmiske driv, viser en komponist med velutviklede fangarmer. Låt to, “Candy man”, tar deg med inn i et helt annet rom. Her er alt dvelende og avventende som om alt faller fra hverandre hvert øyeblikk.

“It’s too late” har en lengselsfull desperasjon som bygger seg opp for så å forsvinne. Derimot forsvinner ikke hennes musikk så lett, ganske enkelt fordi sangene har særpreg og rikelig med musikalsk personlighet.

________________________

________________________

Written by Sabine de Greef at withmusicinmymind.blogspot.com (link)
Published 27/03/12.

2012 – Thea Hjelmeland – Oh, The Third.. – Review / Chronique

Cela fait maintenant près de trois ans que je suis, de près et aussi de loin selon les périodes, le parcours de  Thea Hjelmeland. Quand j’ai rédigé ce tout petit billet à son sujet, je savais déjà qu’un jour, je chroniquerai son premier Lp. C’était un fait établi : je trouvais la musicienne divine, comme en apesanteur sur scène, j’avais hâte d’entendre comment elle arriverait à capturer son univers musical qui se dessinait à l’époque comme volatile, gracieux, entêtant. Cet ébauche d’univers renfermait un mont de promesses, toutes tenues grâce à ce premier LP Oh, The Third… (2012) qui vient de sortir fin mars 2012 digitalement un peu partout dans le monde et en version physique, il se trouve déjà dans les bacs norvégiens depuis février dernier. Si la jeune artiste a appris jeune à jouer du piano et de la batterie, c’est lors de son adolescence qu’elle fera sa rencontre la plus décisive musicalement parlant, celle avec la guitare. Depuis, Théa s’accompagne, sur scène ou en studio, le plus souvent d’une mandoline, d’un banjo ou encore d’un ukulélé. Après avoir séjourné à Cuba et dernièrement à Paris pendant quelques années, la norvégienne est retournée dans son pays d’origine pour enregistrer Oh, The Third…avec des artistes du pays et de premier plan : Jarle Bernhoft (Hanne Hukkelberg, Dadafon, etc.) et Jostein Ansnes.
Sans oublier la participation du producteur Jørgen Træen (Sondre Lerche, Kaizers Orchestra, etc.) sur la première piste de l’opus qui est aussi celle que l’on connaît depuis un moment en live : le splendide Perfume. Sa beauté aérienne, sauvage et enivrante rend ce morceau, doté de multiples facettes passant de l’ombre à la lumière en un claquement de doigt, ensorcelant et insaisissable. Magique. Candyman prolonge cet état de grâce avec également très peu d’effets, l’ambiance et un peu plus lourde et mélancolique et une fois de plus on reste en émoi face à cette voix sublime et majestueuse. On retourne sur la terre ferme avec It’s Too Late, un titre plus roots, qui s’axe sur un refrain puissant et entêtant et des arrangements assez originaux sonnant comme bricolés et très spontanés. Ladies est ambitieux et flamboyant, un véritable moment de bravoure savoureux et sensuel. Excellentissime. Cela ne sautait pas aux oreilles jusque là mais si Théa resplendit dans les aigus, elle est également capable de briller dans les graves et In This Town, qui n’est pas sans rappeler la musique française d’avant-guerre, s’avère un écrin précieux et décalé pour la voix exceptionnelle de la norvégienne en qui on pourrait soupçonner aisément les talents d’un Tom Waits en version féminine. I Need No Other continue dans cette voie extravagante et décomplexée en s’avérant chaleureux et puissant. All The Times renoue avec davantage de finesse et de légèreté même si on sent un très joli travail sur les arrangements. Age nous convie à une atmosphère à la fois tendre et intimiste comme si l’artiste nous confiait ses maux de coeur. Sublime et touchant. Boredom, quant à lui, clôture l’opus sur une note à priori d’une douceur incroyable mais c’était sans compter la piste cachée un peu plus loin qui achève l’album sur une note électro déjantée. Surprenament bon.
Quel plaisir et quel enthousiasme d’écouter cette oeuvre qui loin d’être monotone s’avère vivante et multi dimensionnelle. On vient de découvrir sans conteste l’une des plus belles signatures vocales de 2012. A découvrir absolument.

Note Finale : 17/20

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s